Port-Jérôme-sur-Seine, Rives-en-Seine, Petit-Caux, … ces noms ne vous disent rien pour le moment mais ce sont pourtant, depuis le 1er janvier 2016, des communes nouvelles de Seine-Maritime proches de chez nous.

Les communes nouvelles constituent en effet l’une des transformations les plus sensibles que la gestion publique locale ait connue ces dix dernières années. Depuis l’entrée en vigueur de la loi du 16/12/2010 qui a posé les fondements de leur régime juridique, plus de 500 communes nouvelles ont été créées.

Si le sujet apparaît sur Quevillon Pile et Face, c’est que le temps est venu d’ouvrir le débat à l’échelle locale.

Depuis 2015, la commune de Quevillon a transféré à la Métropole Rouen Normandie des compétences fondamentales et ne lui reste qu’une peau de chagrin. L’urbanisme et les orientations futures du village relèvent de la Métropole, la voirie relève de la Métropole, les déchets idem, la dimension économique pareil, le tourisme toujours la Métropole, …

competences Métro

Sur son site web, la présentation est claire : « La Métropole c’est l’assurance d’une gestion plus efficace et plus économique des compétences, des moyens techniques et des ressources humaines indispensables au fonctionnement d’une commune. Notamment lors de la réalisation de certaines missions : aménagement de l’espace, protection de l’environnement, expertises dans les domaines juridiques des finances, des marchés publics, etc. Gestion des déplacements, collecte des déchets, gestion de l’eau et de l’assainissement…les compétences de la Métropole s’inscrivent dans un large champ d’actions. Avec un objectif majeur : le développement durable du territoire. »

Doit-on (peut-on ?) s’en plaindre ? Qui peut être contre une forme de mutualisation, de solidarité, de travail commun à l’échelle d’un bassin de vie ? On est plus fort à 71 communes et 400.000 personnes que seul. Ne dit-on pas que « l’union fait la force » ?

Mais une fois ce constat partagé, se pose la question de la place de Quevillon, village de moins de 600 habitants, dans un ensemble qui revendique une dimension nationale voire européenne ? Ceci est d’autant plus réel que Quevillon a peu de choses à offrir à la Métropole, si ce n’est une caution rurale et patrimoniale.

Alors, ces prochains jours, Quevillon Pile et Face ouvre la réflexion sur une proposition de création d’une commune nouvelle à l’échelle de la Boucle de Roumare.

d96562dccb-Carte Roumare

Pas de parti pris, pas de frontières formellement arrêtées, pas de message politique mais juste une réflexion et des questions/réponses sur cette hypothèse destinée à permettre à Quevillon de continuer à exister et de se donner de l’oxygène par rapport à ce qu’il reste d’un pouvoir municipal défaillant qui verra prochainement l’école fermer, puis dans la foulée l’abandon de ses habitants du fait d’une approche prospective inexistante.

A suivre.

Si vous souhaitez recevoir les articles de Quevillon Pile et Face tout chaud directement dans votre boîte mail, indiquez votre adresse dans la rubrique située à droite du blog.

Il est possible que WordPress ajoute des publicités dans cet article, c’est malheureusement la contrepartie d’un hébergement gratuit…

Publicité